Addendum NBN D 51-003

L'Addendum 1 à la norme NBN D 51-003 a été publié au Moniteur belge et est donc d'application. Voici un aperçu des principales modifications suite à cet addendum.

1. Champ d'application

La norme NBN D 51-003 traite des canalisations installées à l'intérieur d'un bâtiment mais également des canalisations à l'extérieur d'un bâtiment, qu'elles soient hors sol ou enterrées.

2. Tuyaux en acier au carbone

L'addendum détermine une épaisseur de paroi minimale pour les tuyaux en acier au carbone filetables et à souder. Outre les raccords en fonte malléable à bourrelet renforcé, les raccords filetés en acier sans bourrelet renforcé sont désormais également autorisés.

3. Tuyaux en cuivre

Le sertissage de tuyaux en cuivre est autorisé jusqu'à un diamètre de 54 mm, à condition de tenir compte de l'épaisseur de paroi minimale requise du tuyau. Désormais, un tuyau en cuivre d'un diamètre de 28 mm peut également être serti sur un tuyau d'une épaisseur de paroi de 1 mm.  Enfin, des raccords à sertir peuvent également être intégrés dans un mur ou une chape.

4. Tuyaux en acier inoxydable

Dans certains environnements, il est nécessaire d'installer des tuyaux de gaz en acier inoxydable. Nous pensons en l'occurrence aux laiteries, à l'industrie alimentaire et à d'autres entreprises présentant un risque de corrosion accru.C'est la raison pour laquelle les tuyaux et les raccords en acier inoxydable sont repris dans la norme.

5. Tuyaux en polyéthylène

Les tuyaux en polyéthylène ne sont autorisés que pour les parties enterrées d'une installation en dehors ou sous un bâtiment. Les tuyaux en PE sont raccordés par électrosoudures ou par raccords mécaniques. Pour l'électrosoudage, tant l'appareil à souder que les paramètres de soudage programmés doivent satisfaire à des normes spécifiques. Le soudeur doit avoir suivi une formation et disposer d'un passeport de soudage valide.

6. Kit de tuyaux PLT

L'une des principales nouveautés est sans aucun doute le fait que le conduit de gaz peut être réalisé dans des tuyaux onduleux pliables en acier inoxydable (= PLiable Tube) et avec des raccords propres à chaque fabricant. Le tuyau est protégé en usine par une gaine en matière synthétique et est livré en dévidoirs ou en rouleaux. Au terme du montage, les raccords doivent être revêtus sur place d'une gaine thermorétractable spécifiée par le fabricant ou d'une bande d'enrobage autovulcanisante. De cette façon, l'acier inoxydable est protégé de la corrosion et l'on évite le détachement du raccord par des personnes incompétentes.

7. Résistance aux Hautes Températures (RHT)

L'addendum propose cinq solutions alternatives aux composants qui ne sont pas disponibles en modèle RHT.

8. Configurations spatiales

Il existait auparavant cinq configurations spatiales possibles pour les tuyaux de gaz à l'intérieur d'un bâtiment. Depuis la publication de l'addendum, trois nouvelles configurations ont été ajoutées :

  • Configuration spatiale 6 : Tuyaux et raccords enterrés à l'extérieur du bâtiment
  • Configuration spatiale 7 : Tuyaux et raccords hors sol à l'extérieur du bâtiment
  • Configuration spatiale 8 : Tuyaux et raccords enterrés sous un bâtiment

9. Raccord de transition entre deux métaux

En cas de raccord de transition entre des tuyaux ou des accessoires fabriqués dans des matériaux différents, il convient de prendre les précautions nécessaires pour éviter toute formation de couple galvanique. C'est pourquoi il convient d'enrouler la transition cuivre/acier d'une bande d'enrobage ou d'un matériau thermorétractable. Dans le cas contraire, en raison de l'humidité en présence, un couple galvanique peut apparaître, affectant l'acier.

10. Joint isolant entre des tuyaux enterrés et des tuyaux hors sol

Un tuyau métallique enterré (cuivre, acier au carbone, acier inoxydable ou PLT) doit être isolé galvaniquement du tuyau métallique hors sol ou du tuyau à l'intérieur du bâtiment au moyen de joints isolants ou de brides isolées. Cette séparation doit être effectuée hors sol, à max. 50 cm du niveau du sol, ou à la pénétration dans un bâtiment et aide à éviter la corrosion par des courants vagabonds.

11. Plans des tuyaux

La réalisation de plans des tuyaux figure désormais dans la norme. Il convient de réaliser un schéma isométrique détaillé des tuyaux à l'intérieur d'un bâtiment, des tuyaux à l'extérieur d'un bâtiment et des tuyaux enterrés.

12. Colliers de fixation et distance entre les tuyaux de gaz et autres tuyaux ou câbles

Pour permettre les réparations et les travaux d'entretien, des exigences relatives à la distance entre chaque tuyau de gaz ou entre un tuyau de gaz et tout autre tuyau ou câble sont reprises. De même, la distance de support maximale entre des colliers de fixation a été établie par type de matériau du tuyau.

13. Emplacement des pièces en T et des robinets de sectionnement

Auparavant, il régnait une certaine confusion quant à l'emplacement des pièces en T et des robinets de sectionnement. L'addendum décrit désormais en détail l'endroit où ils doivent être placés et quand.

14. Tuyaux enterrés

La profondeur de pose, mesurée entre le dessus du tuyau et le niveau du sol, s'élève à au moins 60 cm. Si cette profondeur de pose ne peut pas être respectée, des plaques de protection en matière synthétique ou en métal seront placées au-dessus du tuyau, sur toute la longueur insuffisamment enterrée.

15. Tuyaux hors sol à l'extérieur du bâtiment

Les tuyaux hors sol à l'extérieur d'un bâtiment peuvent être sujets à des dilatations thermiques. Ces dilatations sont compensées par la pose d'une boucle de dilatation ou d'un compensateur avec soufflet en acier inoxydable à des endroits judicieusement choisis. Par ailleurs, chaque tronçon droit ne peut être fixé qu'avec un seul collier fixe. Les autres colliers utilisés doivent être coulissants pour permettre une dilatation thermique axiale.

16. Essai d'étancheité

L'essai d'étanchéité d'une nouvelle installation est désormais réalisé sous une pression de 150 mbar.

17. Identification du tuyau de gaz juste en aval du compteur gaz

Si, dans un bâtiment collectif, la consommation est mesurée à l'aide d'un compteur gaz par unité d'occupation et si les différents compteurs gaz sont rassemblés dans un local commun, il convient d'indiquer sans équivoque avec quel robinet du compteur, l'amenée de gaz d'une unité d'occupation donnée peut être interrompue. Lors du raccordement du compteur gaz au tuyau intérieur d'une unité d'occupation, l'étage et l'unité d'occupation concernés doivent être mentionnés sur le tuyau (par ex. via le numéro de boîte postale attribué par la commune), de façon univoque et indélébile, à 50 cm maximum en aval du compteur.

18. Protection contre la corrosion

L'addendum explique la façon dont il convient de protéger les tuyaux de gaz de la corrosion, en fonction de la configuration spatiale et de la corrosivité du milieu.

19. Appareils au gaz de type A1AS et de type B

Des appareils de type B ne peuvent plus être installés dans une chambre à coucher, une salle de bains, une salle de douche ou des toilettes. Les appareils de type B existants installésdans ces pièces peuvent continuer à être utilisés pour autant que leur amenée d'air et leur évacuation des produits de combustion répondent aux exigences en la matière. Des chauffe-eau de type A1AS ne peuvent plus être placés ni remplacés.  Les chauffe-eau existants peuvent continuer à être utilisés pour autant que leur amenée d'air et leur évacuation des produits de combustion répondent aux exigences en la matière.

20. Emplacement du débouché du conduit d'évacuation d'un appareil au gaz

Pour déterminer l'emplacement du débouché, il convient d'appliquer la méthode de la maison en perspective lors de l'installation ou du remplacement d'un appareil au gaz. Lors de l'installation ou du remplacement d'appareils au gaz d'une puissance entre 30 et 70 kW et lors de l'installation de chaudières de chauffage central qui relèvent du champ d'application de la norme NBN B 61-002, il convient également d'appliquer la méthode du facteur de dilution, telle que décrite dans la norme NBN B 61-002. En l'occurrence, les deux méthodes doivent être prises en considération lors de la détermination de l'emplacement du débouché du conduit d'évacuation.